Chun Sue’s 4 poems法语版

traduction par: Filip Noubel, Isolda Morillo

 

Talons aiguilles rouges

par Chun Sue

Aux obsèques de la grand-mère
Une paire de talons aiguilles rouges me saute aux yeux
Par moins dix alors qu’il fait nuit au village
Au moment même des funérailles
La petite-fille de la grand-mère
Porte une paire
De talons aiguilles rouges
Des talons de dix centimètres de haut
Rouge écarlate
Tout le monde est en habits de deuil
Une paire de talons aiguilles rouges
Si éblouissants
Dans la lumière jaune pâle des lampes
Je ne vois pas l’expression du visage de la grand-mère
Elle est cachée sous une couette fleurie
Romantisme d’épouvante
On brûle des chevaux en papier
Elle marche devant moi
Des talons aiguilles rouges
Qui avancent sur la terre gelée
Et sans effort
Découpent
Une série
De trous ronds
Qui m’obsèdent

Selfie

par Chun Sue

Je fais un selfie nue
On voit la cicatrice de ma césarienne
Dans le miroir de mon armoire
Après la douche
Personne autour pour me prendre en photo
A moi de prendre cette photo
Une photo impossible à mettre dans un livre
Impossible à partager avec mes amis
Même pas question de la poster sur Instagram
Photo porno – dira la censure qui l’effacera
Je m’observe en toute objectivité
Je suis pas mal
Le miroir est un peu sale
Mes seins un peu trop petits
Cette cicatrice
Ressemble à un tiret
Que j’aime
Cette photo
Je la trouve parfaite
Je me rends compte que je suis encore si jeune
Et encore dans le nuages
Tout à coup, je pense au passé
Une année, après une dispute avec mon petit copain,
J’avais acheté un billet d’avion pour Qingdao
Un militaire à la retraite était venu me chercher à l’aéroport
On avait longé la côte en voiture
La mer de Chine, la mer Jaune
La mer en face s’appelle l’océan Pacifique
Bain aux chandelles

par Chun Sue

La plupart du temps j’ai honte
Tous minables ces hommes que j’ai rencontrés
Arrête de les ressortir et de passer ton temps à les regarder
Ces photos où on est ensemble
Les soirs de pleine lune
Il est facile de songer à la Muse
De songer à la violence domestique
De songer à une courte histoire d’amour
A ses cheveux longs et ses yeux bleus
On s’est donné des paires de claques
On a roulé dans un lit d’hôtel
On a laissé un tas de cendres de cigarettes
On s’est embrassés sans faire l’amour
Il doit disparaître, c’est évident
Il comprend
Il en reste juste un petit voyage et un roman
On ne peut pas faire confiance aux menteurs
En même temps on ne peut pas se pardonner
J’ai toujours été exigeante envers la vie
Ceci explique ma beauté aujourd’hui
Je songe à tout cela avant de passer à l’acte
Je songe aux mots de ce cher Ginsberg
« Mon cœur gronde comme l’orage» et «Le monde est plein de salauds »
Une poignée de pétales de rose rouge
Avant que le pénis de l’homme ne pénètre dans le vagin
On s’y enfonce des pétales de rose

Le processus de la souffrance

par Chun Sue

Tout comme on refuse l’air pollué
Je refuse les émotions frelatées
Je refuse
Cette noirceur, ce passé que portent les corps des autres
Je refuse de voir
D’entendre
D’y penser
Je refuse de faire l’expérience de ces choses que je ne veux pas comprendre
Je refuse de voir la saleté
De voir la cruauté
De voir le sang et la mort
De savoir que cela existe
Me suffit amplement
J’aimerais bien savoir
Comment vous faites pour être si résistants

 

ChunSue
春树(Chun Sue),中国当代作家、诗人。
 
 

You need to log in to vote

The blog owner requires users to be logged in to be able to vote for this post.

Alternatively, if you do not have an account yet you can create one here.

Powered by Vote It Up